Journée d’études inaugurale : Etre héritier, la transmission dans le contexte familial

etre_heritier_grisbleu2Le labo junior organise une matinée d’études sur le thème des Héritiers, la transmission dans le contexte familial le JEUDI 12 DECEMBRE de 9h à 12h30 à l’IFE, salle de réunion n°1.

Au sein du foyer familial les jeunes ont longtemps incarné les « héritiers potentiels », ceux sur qui reposaient le lignage et la responsabilité de poursuivre l’œuvre familiale, surtout les aînés. Pour l’ensemble de la fratrie, se positionner face à cet héritage représentait un élément constitutif de soi et en soi. Pour notre première journée d’études, nous nous proposons d’interroger à nouveaux frais les modalités de réception de ces héritages familiaux par la jeunesse. Il s’agit ainsi d’aborder la question de la transmission dans l’un des cadres les plus côtoyés par les jeunes parce qu’étant aussi le plus intime. Les interventions de Gaële Henri (Paris V – Descartes), Elise Leclerc (ENS de Lyon) et Cécile Michel (AFEV) prendront la forme d’un entretien croisé qui permettra de faire dialoguer approches universitaires et expériences d’acteurs associatifs.

Afin de répondre à notre objectif pour cette matinée, nous envisageons de nous concentrer sur une définition étroite de la famille, comprise comme la famille au sens nucléaire du terme, dans un contexte européen voire plus localement français. Nous comptons pour cela privilégier deux angles d’approches.
Tout d’abord, les héritages familiaux ont une acception multiple : patronymiques, patrimoniaux, politiques, culturels, linguistiques, etc. Cette diversité de nature peut-elle servir, et si oui comment, de point d’ancrage pour une construction identitaire ? Assumer son rapport aux héritages familiaux peut-il devenir une modalité du passage à l’âge adulte? C’est ici la question non exhaustive du « rite de passage » et du son coût (au sens symbolique comme réel du terme) pour le « passant »  qui est soulevée.
Ensuite, comprendre les modalités d’acceptation de ces héritages suppose également d’évaluer la façon dont est prise en compte les moyens autant que les formes d’expression de la jeunesse sur ces aspects. De quels moyens disposons-nous pour entendre cette parole trop souvent relayée au second plan dans les études sur la famille ? Ces manifestations plurielles d’une jeunesse en construction permettent-elles de préciser la définition de ce qu’est et de ce que signifie à l’heure actuelle « qu’être jeune »?

La matinée est ouverte à un large public.

Plus d’informations ici.

 

Venir à l’IFE: Métro Debourg, ligne B. Bus lignes 12E, 17, 32, 176, 179.

Puis traverser l’ENS Site Descartes ou contourner la Bibliothèque Denis Diderot par l’avenue Debourg pour rejoindre l’allée de Fontenay.