« Le mot « jeune », un mot de vieux? » Ludivigne Bantigny

Dans son introduction à l’ouvrage collectif Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France, XIXe-XXe siècles, Ludivigne Bantigny propose un retour sur la définition de la « jeunesse ». En amont de la matinée du laboratoire sur « Etre héritier – La transmission en contexte familial », nous vous proposons un aperçu de ce texte très riche.

Ludivigne Bantigny insiste tout d’abord sur le fait que la « jeunesse » est une construction sociale1 : il n’existe pas une unique définition des jeunes. L’acception du mot change en fonction des époques ou des sociétés. Pierre Bourdieu disait déjà que « La jeunesse n’est qu’un mot »2.

C’est toutefois une catégorie qui a fait l’objet d’études historiques, d’abord anglo-saxonnes, qui permettent d’ailleurs d’en saisir les contours3. Ludivigne Bantigny montre que ce sont d’abord des historiens des périodes plus reculées qui se sont emparés de l’objet « jeunesse »: ils ont privilégié l’étude de certains groupes de jeunes « socialement identifiés ». Ce sont surtout les jeunes appartenant aux élites qui ont été envisagés par l’histoire ancienne. Les médiévistes se sont également intéressés à cette catégorie, en problématisant ses frontières: quand cesse-t-on d’être jeune? Un autre aspect de définition a été travaillé pour les périodes médiévale et moderne: les sociabilisés des jeunes. Ce panorama ne doit pas exclure l’histoire contemporaine qui a d’abord envisagé la jeunesse sous l’angle de la démographie et de la famille, puis de l’école.

L’introduction propose ensuite des pistes qui permettent de saisir les jeunesses. Elle revient sur les aspects de définition ou tout au moins de délimitation en se penchant davantage sur les XIXème et XXème siècles. Si la notion de jeunesse naît avant le XIXème siècle, elle trouve son extension au cours de cette période. Des évolutions sociétales amènent à une plus grande visibilité de la jeunesse: elle devient un « âge social » et, dans le même temps, une catégorie objet de politiques publiques. Ludivigne Bantigny cite en exemple les sondages d’opinion qui utilisent aléatoirement des groupements par âges (16-18 ans, 15-24 ans, 18-25 ans, etc.). L’émergence de cette catégorie construite socialement va de pair avec la définition de normes de conduites la régissant. Une place et des attributions sont assignées à « une » jeunesse autour de laquelle se construit un ensemble de représentations. Les rites de passage participent à l’assignation d’une place, qu’il s’agisse du service militaire pour les garçons ou le mariage et les tentatives d’instauration d’un service civique pour les filles. En ce qui concerne les représentations, , la jeunesse devient porteuse d’avenir et le lieu où doivent s’incarner les espoirs selon les « discours « à la jeunesse », véritables réceptacles d’injonctions. Ludivine Bantigny donne l’exemple de la pensée révolutionnaire ou de Mai 68, entre autres. De la même façon que certains discours construisent cette image enthousiaste de la jeunesse, d’autres vont délimiter ceux qui, bien que jeunes, n’appartiennent pas à cette catégorie. L’assignation de normes à un groupe revient à définir, du même geste, ceux qui en seront exclus. Un deuxième ensemble de représentations, négatives cette fois, diffuse l’image d’une jeunesse « inquiétante, déviante, délinquante ». Cette peur de la transgression est à associer à certaines sociabilités des jeunes. Coexistent ainsi des discours stigmatisant et dithyrambique sur la jeunesse.

Ludivine Bantigny présente enfin des cadres d’études pour la jeunesse: le travail de définition doit s’accompagner d’une réflexion sur les lieux dans lesquels la notion est pertinente. Trois domaines sont retenus. Le premier est celui du monde du travail: qu’ils se trouvent dans une situation d’exploitation au travail au XIXème siècle ou face à une insécurité économique grandissante depuis la seconde moitié du XXème siècle, les jeunes ont un rapport au monde du travail déterminé par leur statut de « jeunes ». La famille constitue un deuxième cadre d’étude. Le thème du conflit de générations charrie ainsi les problématiques liées à la jeunesse conçue comme catégorie sociale. En outre, au sein du foyer familial, les jeunes sont aux prises avec des enjeux socioculturels, « liés à l’héritage et à l’apprentissage ». Un dernier cadre d’étude ne doit pas être oublié: celui des pairs. Ludivine Bantigny montre l’importance des « cultures juvéniles quoique plurielles » dans nos sociétés contemporaines. L’émergence d’un « marché de consommation » à partir des années 1960 tend à spécifier ces cultures et constitue un terrain renouvelé pour les études prenant les jeunes pour objet.

Ces quelques remarques nous permettent de présenter un cadre premier de réflexion pour notre labo junior. Il n’est nullement exhaustif mais sert de tout premier point d’appui et de problématisation pour les journées à venir.

D’autres lectures viendront peu à peu enrichir cette approche sur le carnet.

—-

1 Sur cette question des catégories sociales comme construction, nous renvoyons également à l’article de François Jarrige, « Discontinue et fragmentée? Un état des lieux de l’histoire sociale de la France contemporaine », Histoire, économie & société, 2012/3 31e année, p.45-59.

2 Pierre Bourdieu; « La jeunesse n’est qu’un mot », in Questions de sociologie, Paris, Editions de Minuit, 1984, p.143-154.

3 Nous renvoyons à l’introduction de Ludivine Bantigny pour les références historiques et bibliographiques.

C’est toutefois une catégorie qui a fait l’objet d’études historiques, d’abord anglo-saxonnes, qui permettent d’ailleurs d’en saisir les contours3. Ludivigne Bantigny montre que ce sont d’abord des historiens des périodes plus reculées qui se sont emparés de l’objet « jeunesse »: ils ont privilégié l’étude de certains groupes de jeunes « socialement identifiés ». Ce sont surtout les jeunes appartenant aux élites qui ont été envisagés par l’histoire ancienne. Les médiévistes se sont également intéressés à cette catégorie, en problématisant ses frontières: quand cesse-t-on d’être jeune? Un autre aspect de définition a été travaillé pour les périodes médiévale et moderne: les sociabilisés des jeunes. Ce panorama ne doit pas exclure l’histoire contemporaine qui a d’abord envisagé la jeunesse sous l’angle de la démographie et de la famille, puis de l’école.

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;
mso-fareast-language:EN-US;}

Format et programme de la matinée « Etre héritier »

Lorsque nous présentons le programme de la matinée « Etre héritier – La transmission en contexte familial », nous indiquons le noms des intervenants mais pas de programme détaillé: nous avons choisi le format d’un entretien croisé.

Ce choix peut surprendre et il suppose que nos intervenants acceptent de renoncer à une communication universitaire « classique », qui proposerait une interprétation ou un cas d’étude à partir d’un sujet donné. Nous visons à atteindre deux principaux objectifs à travers ce choix. Le premier correspond à l’une des méthodologies du laboratoire junior qui est de faire dialoguer universitaires et acteurs du monde associatif. Nous souhaitons que ce dialogue déborde le cadre des échanges et le placer au cœur des journées d’études. Le second objectif a davantage trait à notre problématique de recherche mais rejoint les mêmes préoccupations. Afin de pouvoir avancer des pistes de réponses après chaque journée d’études, nous faisons le pari que l’entretien croisé permettra un travail au plus près nos thématiques.

Programme de la matinée du 12 décembre

Intervenants

  • Gaële Henri – Université Paris Descartes
  • Elise Leclerc – ENS Lyon
  • Cécile Michel – AFEV (Association de la Fondation Etudiante pour la Ville)

Déroulement de la matinée

9h-9h30 : Accueil des participants

9h30-10h30 : Présentation des intervenants et première partie de l’entretien mené parFleur Guy (Lyon2) et Séverine Oswald (ENS Lyon/IFE)

10h30-10h50: Pause

10h50 -12h30: Deuxième partie de l’entretien et premières conclusions

Journée d’études inaugurale : Etre héritier, la transmission dans le contexte familial

etre_heritier_grisbleu2Le labo junior organise une matinée d’études sur le thème des Héritiers, la transmission dans le contexte familial le JEUDI 12 DECEMBRE de 9h à 12h30 à l’IFE, salle de réunion n°1.

Au sein du foyer familial les jeunes ont longtemps incarné les « héritiers potentiels », ceux sur qui reposaient le lignage et la responsabilité de poursuivre l’œuvre familiale, surtout les aînés. Pour l’ensemble de la fratrie, se positionner face à cet héritage représentait un élément constitutif de soi et en soi. Pour notre première journée d’études, nous nous proposons d’interroger à nouveaux frais les modalités de réception de ces héritages familiaux par la jeunesse. Il s’agit ainsi d’aborder la question de la transmission dans l’un des cadres les plus côtoyés par les jeunes parce qu’étant aussi le plus intime. Les interventions de Gaële Henri (Paris V – Descartes), Elise Leclerc (ENS de Lyon) et Cécile Michel (AFEV) prendront la forme d’un entretien croisé qui permettra de faire dialoguer approches universitaires et expériences d’acteurs associatifs.

Afin de répondre à notre objectif pour cette matinée, nous envisageons de nous concentrer sur une définition étroite de la famille, comprise comme la famille au sens nucléaire du terme, dans un contexte européen voire plus localement français. Nous comptons pour cela privilégier deux angles d’approches.
Tout d’abord, les héritages familiaux ont une acception multiple : patronymiques, patrimoniaux, politiques, culturels, linguistiques, etc. Cette diversité de nature peut-elle servir, et si oui comment, de point d’ancrage pour une construction identitaire ? Assumer son rapport aux héritages familiaux peut-il devenir une modalité du passage à l’âge adulte? C’est ici la question non exhaustive du « rite de passage » et du son coût (au sens symbolique comme réel du terme) pour le « passant »  qui est soulevée.
Ensuite, comprendre les modalités d’acceptation de ces héritages suppose également d’évaluer la façon dont est prise en compte les moyens autant que les formes d’expression de la jeunesse sur ces aspects. De quels moyens disposons-nous pour entendre cette parole trop souvent relayée au second plan dans les études sur la famille ? Ces manifestations plurielles d’une jeunesse en construction permettent-elles de préciser la définition de ce qu’est et de ce que signifie à l’heure actuelle « qu’être jeune »?

La matinée est ouverte à un large public.

Plus d’informations ici.

 

Venir à l’IFE: Métro Debourg, ligne B. Bus lignes 12E, 17, 32, 176, 179.

Puis traverser l’ENS Site Descartes ou contourner la Bibliothèque Denis Diderot par l’avenue Debourg pour rejoindre l’allée de Fontenay.