Compte-rendu: réunion de fondation (29 janvier 2013)

 

Présents: 

Caroline Muller, Solenn Huitric, Bertrand Silvestre, Esra Ugurlu, Marie Helluin, Isabelle Maistre, Fleur Guy

Projet

Nous souhaitons travailler sur la transmission de savoirs, de pratiques aux jeunes, sur les modalités de ces transmissions et leurs effets sur les acteurs. L’étude porterait sur la période contemporaine et tenterait une approche pluridisciplinaire. Il serait possible de penser ces transmissions sous la forme de « matrice ».

Nous souhaitons également créer des ponts avec des intervenants issus de la société civile, notamment avec des personnes en situation d’apprentissage.

Toutefois, la constitution d’une problématique de recherche complète et cohérente ne peut que se faire avec l’ensemble des membres souhaitant participer au projet. Nous vous invitons donc à enrichir le projet de départ.

Il nous faut également établir en commun une bibliographie initiale.

Restitution des résultats

Nous avons déjà pensé à différentes façons de présenter les résultats de recherche :

–        Journées d’études, faisant parler des intervenants extérieurs (1 tous les 2 ou 3 mois) ;

–        Séminaires internes au laboratoire junior ;

–        Colloque final dont les actes peuvent être publiés avec l’aide de l’ENS;

–        Carnet hypothèses et bibliographie collaborative ;

–        Production d’un support pédagogique.

Partenariats

De la même façon, nous avons envisagé plusieurs partenariats possibles (partenariats financiers/de recherche) :

–        IFE ;

–        ED et laboratoire ;

–        Ville/région ;

–        BM ;

–        Légothèque ;

–        INJEP.

Discussion

 Isabelle précise que l’intérêt pour l’éducation à Lyon est assez important. La ville a « IUFM historique » et a été précurseur sur les politiques contemporaines, sur les politiques envers la petite enfance. Différentes expérimentations sur l’éducation populaire ont été menées notamment à Saint-Fons. Après les lois de décentralisation, la ville de Lyon a pris le pas dans la politique d’expérimentation. Lyon est président du réseau français des villes éducatrices. C’est un réseau qui pense l’espace de la ville comme éducateur au sens large. Il est à l’origine du label « Villes éducatrices ». Selon les membres de ce réseau, tout dans la ville peut être vecteur de transmission.

Bertrand ajoute que ces initiatives lyonnaises remontent à la fin du XIXe siècle. La ville de Lyon a notamment consacré des moyens importants pour les bâtiments scolaires. Herriot a également eu un rôle notable et la ville de Lyon a pu apparaître comme précurseur en ce que concerne l’éducation physique. Un intervenant possible sur ce sujet serait Nicolas Pallau.

Isabelle mentionne un collège coopératif à Vaise, rattaché à Lyon2, qui essaye de structurer le champ des sciences de l’éducation et qui travaille sur la transmission.

Fleur s’intéresse de près à la transmission de compétences spatiales de mobilité. Elle partage l’idée de créer des ponts avec la société civile et suggère deux associations : Robin des villes (qui développe notamment un outil « la ville en valise » pour expliquer la ville aux enfants dès le primaire) et l’AFEV qui s’attache à la transmission de savoir-faire sociaux et organisent des formations.

Isabelle mentionne une autre structure : l’observatoire des politiques locales qui associe le Réseau des villes éducatives, l’IFE et l’ENS. Un doctorant y travaille, Renaud Morel.

Bertrand rappelle également l’existence de la CRAJEP qui regroupe les associations de jeunesse au niveau local. Il insiste aussi sur la nécessité de définir la notion de jeunesse. Il est pour cela possible de partir des pratiques : étudier un ensemble cohérent de pratiques de transmission/socialisation pour les enfants de 6 ans à 18 ans (ou plus). Beaucoup d’associations déclarent commencer leur action à 6 ans, ce qui constituerait la limite de la petite enfance.

 

 


Publié par

Caroline Muller

Professeur agrégée d’histoire

Doctorante à l’Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190)

PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *